TOP

L'exposition georgia o'keeffe
au centre pompidou
ART

L’exposition Georgia O’Keeffe au Centre Pompidou

Qui est Georgia O’Keeffe ? 

Née en 1887, Georgia O’Keeffe est une figure emblématique de l’art moderne du XXème siècle. Passionnée d’art, elle découvre la galerie avant-garde 291 à New-York en 1908 et désire alors plus que tout exposer ses œuvres là bas. Son amie artiste, Anita Pollitzer, envoie alors des dessins au fusain de Georgia O’Keeffe à la galerie. Conquis par son art, Alfred Stieglitz, propriétaire de la galerie 291 et photographe, exposera ses dessins dès 1916. Une exposition lui sera ensuite dédiée chaque année de 1923 à 1949. 

La rencontre entre Alfred Stieglitz et Georgia O’Keeffe est déterminante : elle emménage à New York en 1918 et ils se marient en 1924. L’un et l’autre s’influencent dans leur art : Alfred Stieglitz réalise environ 300 portraits de Georgia O’Keeffe. Grâce à ses fréquentes expositions à la galerie 291, elle devient rapidement une artiste majeure des années 1920

Cherchant à échapper à New York et au Lake George, où elle y passe ses étés, elle découvre le Nouveau-Mexique vers 1929. Suite à une dépression en 1933, elle achète une propriété dans la région de Ghost Ranch au Nouveau-Mexique vers 1940 et s’y rend fréquemment. Elle s’y installe définitivement en 1946, suite à la mort d’Alfred Stieglitz. 

Atteinte de troubles de la vue à partir de 1972, elle continue cependant de peindre des œuvres au crayon et au fusain jusqu’en 1984. Elle reste au Nouveau-Mexique jusqu’à la fin de ses jours, et déménage à Santa Fe en 1984, où elle y meurt en 1986.

Quelles sont ses inspirations ? 

Le thème principal des œuvres de Georgia O’Keeffe est toujours le vivant, et donc la vie, même si ses inspirations ont évolué au fur et à mesure de son parcours de vie. Cependant, elle tient toujours à représenter à travers ses peintures et dessins, ce qu’elle voit de la vie : 

“Révéler ce que l’on a de plus intime, voilà ce qui est important – et toujours maintenir l’inconnu au-delà de vous – en saisissant, en cristallisant votre vision de la vie la plus simple, la plus claire.”

Georgia O’Keeffe

Les paysages offrent à Georgia O’Keeffe une source d’inspiration inépuisable, et à travers ses œuvres, on retrouve alors les gratte-ciels et le paysage urbain de New York, mais aussi les paysages désertiques du Nouveau-Mexique.

Peu importe le paysage qu’elle décide de peindre, Georgia O’Keeffe y injecte toujours ses sentiments. Ainsi, les paysages de New York sont parfois lumineux, plein d’espoir et d’enthousiasme, ou parfois sombres et gris. De même pour le Nouveau-Mexique : les paysages sont humanisés et les montagnes semblent avoir des plis, presque comme les rides de la peau. 

La végétation est un autre aspect des paysages qui l’inspire beaucoup. Elle signe alors de nombreux tableaux inspirés des fleurs qui connaîtront un grand succès. Mais encore une fois, il ne s’agit pas uniquement de représenter les fleurs que tout le monde peut observer, mais de mettre en avant les détails et ce qu’elle voit de la fleur

“Il est rare que l’on prenne le temps de regarder une fleur. J’ai peint ce que chaque fleur représente pour moi et je l’ai peinte suffisamment grande pour que les autres la voient telle que je la vois”

Georgia O’Keeffe

Georgia O’Keeffe fait des fleurs un de ses sujets principaux depuis 1919. Elle les peint alors de façon réaliste, mais réalise en 1923, qu’il lui faut trouver une approche plus personnelle si elle veut continuer à les peindre. Elle s’inspire alors de la photographie et décide de peindre les fleurs en gros plan, en utilisant alors la technique du “blow-up”, utilisée par la nouvelle génération de photographe. Naissent alors les tableaux de fleurs en gros plan, qui seront souvent érotisés par la critique, interprétation que Georgia O’Keeffe dément à de nombreuses reprises

Il est intéressant de remarquer que la photographie n’est pas le seul art qui a inspiré Georgia O’Keeffe au cours de sa carrière. Bon nombre de ses œuvres plus abstraites sont en effet inspirées de la musique. Elle tente alors de reproduire le mouvement des ondes sur la toile, en utilisant des couleurs différentes et en travaillant les dégradés et les formes géométriques. 

Quel est mon avis sur l’exposition ? 

Malgré le fait que Georgia O’Keeffe soit une figure marquante de l’art moderne, je n’ai découvert ses œuvres que récemment, et j’étais ravie de pouvoir en découvrir plus lors de cette exposition. Les tableaux de Georgia O’Keeffe me touchent beaucoup notamment grâce à son travail des couleurs, des dégradés et de la lumière. Les tableaux d’ondes, inspirés de la musique et ceux des fleurs font partie de mes œuvres préférées et valent vraiment la peine d’être contemplés en vrai pour pouvoir pleinement s’imprégner des couleurs vibrantes

En revanche, je trouve que l’exposition manque de clarté et le parcours chronologique à travers les œuvres n’est pas très intuitif. Mais cela n’enlève rien au plaisir de découvrir le travail de Georgia O’Keeffe, et je vous invite fortement à y aller si cela vous intéresse. Surtout qu’il s’agit de sa toute première exposition en France.

Exposition au Centre Pompidou, Galerie 2, jusqu’au 6 décembre. 

Podcast de l’exposition à écouter ici 

Post a Comment