TOP

Me, myself and I : body positivisme, illégitimité et hypocrisie.

Cela fait un moment que je n’ai pas écrit ici. J’ai longtemps essayé de me persuader que c’était à cause de ma reprise du travail, du retour à la vie parisienne, du déconfinement, que j’avais eu beaucoup de choses à faire, et que je n’avais pas eu le temps. Mais plus j’y ai réfléchi, plus je me suis rendue compte que la vraie raison, c’était un sentiment d’illégitimité.

Quand j’ai imaginé ce blog, j’ai voulu le créer parce que je voulais partager des choses avec sincérité. Parce que je voulais parler de body positivime, de féminisme, de skin positivisme. Je voulais mettre en avant des artistes inspirants, des personnes fortes que j’admire…

Mais en réalité, je suis quelqu’un de très complexée, et malgré mon envie de dépasser tout ça et de m’accepter comme je suis, je n’y suis pas encore.

Et c’est de là que provient ce sentiment d’illégitimité qui me bloque et m’empêche d’avancer comme je l’aurais souhaité. Suis-je légitime pour parler de body positivisme et d’acceptation de soi, si je ne m’aime pas a 100% ? Suis-je légitime pour m’exprimer sur ce sujet si je passe mes journées à critiquer mes cuisses, mes hanches, mon ventre, et mes soirées à détester ma cellulite, mes vergetures, mes cicatrices ? Suis-je légitime pour parler de skin positivisme, si je passe des heures à essayer d’effacer mes cicatrices d’acné ? Ou alors ne suis-je qu’une hypocrite ?

Ces questions me trottent dans la tête depuis quelques mois maintenant, avec comme unique moment de répit, les moment où je préfère utiliser mon énergie pour critiquer mon corps et mon apparence.

Aujourd’hui, je décide de prendre mon courage à deux mains, de braver les interdits que je me suis fixée moi-même, et de reprendre mon projet d’écriture : après tout, si je ne peux pas m’exprimer librement ici, où est-ce que je le ferai ?

De plus en plus sur les réseaux sociaux, les femmes sont incitées à s’accepter et à s’aimer comme elles sont, et c’est absolument génial ! Heureusement que des personnes sont là pour nous rappeler que les vergetures, la cellulite, les formes, et toutes ces choses sont 100% naturelles et qu’il ne faut pas en avoir honte : MERCI À ELLES !

Mais avec tout ça, je pense qu’il y a quelque chose que j’ai peut-être oublié : apprendre à s’aimer, à s’accepter exactement comme on est, c’est un chemin, et ça peut être très long, très compliqué, surtout si depuis plus de 20 ans on a passé son temps à se critiquer, à se détester et à essayer de changer.

Alors, aujourd’hui, voilà tout ce que j’espère et je demande de moi : de la tolérance. Ce n’est pas grave si je ne m’aime pas encore à 100%, si parfois j’ai des moments de doutes, des moments plus dures où je ne suis pas forcément clémente avec moi même, tant que je parviens à me rappeler que tout va bien, que mon corps est normal et que je ne dois rien faire disparaître, que je ne dois rien cacher.

Parce que si je commence à culpabiliser de ne pas en être au même stade que toutes les autres femmes que je peux voir sur les réseaux sociaux, et que je me prive de certaines choses à cause de ça, est-ce que ça ne serait pas le contraire du but du body positivisme ?

Bonne journée et à très vite,

Chloé.

Comments (0)

  • Oh bah alors comment va être ton blog à l’avenir ? Un peu plus vrai ?

    reply
      • Tu as bien raison et tu te sentiras mieux et plus motivée d’écrire. On a tous nos travers, partager les bonnes comme les mauvaises choses peut etre benefique et tu trouveras surement des personnes qui partagent les memes pensées que toi !

        reply

Post a Comment